le traumatisme des triplés

Chaque année 15 000 enfants naissent jumeaux, triplés, quadruplés ou qintuplés Pour les mères, c’est l’absence de plaisir et la souffrance psychologique

ON assiste actuellement à « une véritable épidémie de grossesses multiples », depuis les années 1975 marquées par l'avènement des traitements de la stérilité. C'est un cri d'alarme qu’a lancé lundi le docteur Jean-Claude Pons, gynécologue obstétricien à l’hôpital Antoine Béclère (Clamart) lors d'une conférence organisée à l'Académie de médecine par le Comité national de l'enfance, sur les naissances multiples.

On compte une naissance de jumeaux pour 80 accouchements, de triplés pour 6 400 accouchements et de quadruplés pour 512 000. Il y aurait chaque année 15 000 enfants naissant ensemble, jumeaux, triplés, quadruplés ou quintuplés. Soit 14 biberons par jour et 400 couches par mois pour des jumeaux, ou 40 biberons quotidiens et 1 300 couches mensuelles pour des quintuplés. De quoi faire des familles des usines à biberons et autres petits pots. A raison d'un quart d'heure par tétée et par enfant, sans compter l'attente du rot, les bains, les incessantes lessives, il y a de quoi se prendre la tête.

« A l'angoisse très forte que connaissent ces femmes pendant la grossesse, s'ajoute une impossibilité de prendre conscience de la réalité de la naissance multiple », souligne Monique Robin, psychologue (INSERM). Elle a communiqué les premiers constats d'une enquête sur le suivi psychologique de 14 femmes ayant accouché de triplés à la maternité de l'hôpital Antoine Béclère, des résultats qui conduisent à « dresser un constat plutôt pessimiste ».

Le retour à la maison est marqué par des problèmes matériels et financiers qui s'ajoutent aux difficultés psychologiques : les familles sont entraînées dans « un changement radical et défini tif du mode de vie ». Les entretiens avec les mères à 4 mois et « l'observation des interactions mère-bébé » mettent en évidence que « l'absence de plaisir et la souffrance psychologique sont fréquentes chez ces mères qui, au lieu de vivre la relation de maternage qu'elles souhaitaient, se trouvent transformées en pourvoyeuses de soins ».

Un an plus tard, des mères sont devenues dépressives, d'autres s'en sont sorties. Celles-ci ont d'autant plus surmonté le stress des premiers mois que le soutien de leur entourage, mari, famille, amis, a été de qualité. « Un support qui reste insuffisant dans 40% des cas », selon la psychologue, qui explique surtout que « le soutien moral du père et sa propre réaction à la naissance triple est d'une très grande importance ».

La reconnaissance par l'entourage aide la mère à « dépasser les sentiments d'anormalité ». Beaucoup craignent de sortir dans la rue avec leurs enfants et « utilisent souvent pour les désigner des termes empruntés au registre animalier ». « Au total, dit la psychologue, une maternité multiple constitue, dans la plupart des cas, un véritable événement traumatique, source de graves difficultés psychologiques ».

Pour l'hôpital, le problèmes posé par les naissances multiples est le taux élevé d'accouchement prématuré. 50% des patientes attendant des jumeaux présentent une menace d'accouchement prématuré. Le terme moyen d'accouchement des grossesses triples est d'à peine 8 mois et demi. Or, rappelle le Dr Jean- Claude Pons, gynécologue-obstétricien, « la prématurité est la principale cause de mortalité et de survenue du handicap chez les enfants ». La prise en charge de ces grossesses réclame une réduction partielle ou totale d'« activité maternelle ».

Mais surtout, estime le spécialiste de l'hôpital Béclère, « la prévention repose sur une utilisation correcte des inducteurs de l'ovulation ». On se souvient par exemple de la naissance de sextuplés en janvier 1989, à l'hôpital Port-Royal de Paris. La maman avait suivi un traitement contre la stérilité à l'hôpital de Louviers, une stimulation ovarienne très critiquée, en effet la jeune femme portait dix embryons en début de grossesse, un nombre réduit à six par l’aspiration de quatre embryons pour réduire les risques. « Un raté thérapeutique », avait-il été dénoncé à l'époque.

 

 

 

article de Cécile Ré

 

archives de  l'humanité

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !


WEBSET BY LALY © copyright

 

NE PAS FAIRE DE PUBLICITE DANS LES COMMENTAIRES MERCI

Outil en ligne gratuit de création de site Internet Image hébergée par servimg.com Booste le trafic de ton site Booste le trafic de ton forum Annuaire de sites

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site